88
  88
 88
   88
La Dclaration Islamique des Droits de l'Homme, suivie de leurs spcificits dans la Charia islamique -
.
Google
 



  > > Moltqa Ahlalalm For Dawah

Moltqa Ahlalalm For Dawah This Section for non muslim whom looking for the truth , and for who want to increase their knowledge .

         ::  4 1439  ( : )       ::  4 1439  ( : )       ::  4 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )       ::  3 1439  ( : )      

0 1978     |     |
|
 
26 / 02 / 2013, 11 : 01 PM   : 1
:
:


: 21 / 01 / 2008
: 19
: 24,216 [+]
: 6.28
: [+]
: 2564
: 295
   is a jewel in the rough   is a jewel in the rough   is a jewel in the rough
: 19
: 24,216
: 6.28
: 14237
: 9979
:  :
:  : saudi arabia
0 17/114

0

0 (1/5) | 1 3

0 6

0





:
:

: Moltqa Ahlalalm For Dawah
La Dclaration Islamique des Droits de l'Homme,
suivie de leurs spcificits dans la Charia islamique
I - La Dclaration Islamique des Droits de lHomme (1)

La 19e Confrence des Ministres des Affaires Etrangres de l'Organisation de la Confrence islamique (2),
Consciente du statut de l'homme dans lIslam en tant que vicaire de Dieu sur terre,
Reconnaissant l'importance de promulguer une Dclaration des droits de l'homme en Islam afin que les pays membres puissent s'en inspirer dans les diffrents aspects de la vie,
Ayant pris connaissance des diffrentes phases de prparation du projet de cette Dclaration et du mmorandum du secrtariat gnral y relatif,
Ayant pris connaissance du rapport de la commission d'experts juridiques runis Thran du 26 au 28 dcembre 1989,
Donne son accord pour la promulgation de la Dclaration du Caire des droits de l'homme en Islam, qui constitue des directives gnrales aux États membres en matire des droits de l'homme,
Raffirmant le rle civilisateur et historique de la Communaut islamique (oummah), la meilleure communaut que Dieu ait cre et qui a donn l'humanit une civilisation universelle quilibre, alliant la vie prsente l'au-del, et la connaissance la foi, et raffirmant le rle espr que cette communaut devrait jouer aujourd'hui pour guider l'humanit plonge dans la confusion cause de croyances et d'idologies diffrentes et antagonistes, et pour apporter des solutions aux problmes chroniques de cette civilisation matrialiste,
Dsirant contribuer aux efforts de l'humanit visant garantir les droits de l'homme, le protger de l'exploitation et de la perscution, affirmer sa libert et son droit une vie digne en accord avec la Loi islamique,
Convaincus que l'humanit, dont la science a atteint un niveau lev dans la sphre du matriel, a et aura toujours besoin d'un appui de la foi sa civilisation et d'un auto-frein qui protge ses droits,
Croyant que les droits fondamentaux et les liberts universelles dans lIslam font partie de la religion des musulmans,
Et que personne n'est en droit de les entraver totalement ou partiellement, de les violer ou de les ignorer, parce qu'ils sont des dispositions divines suivre,
Lesquels droits et liberts nous sont parvenus par le dernier Livre rvl ainsi que par l'Envoy de Dieu pour accomplir les prcdents messages rvls ;
Que leur protection est un acte d'adoration, que toute agression contre eux est dnie par la religion, et que tout homme en est responsable, la Communaut islamique en tant responsable par association.
En consquence, en vertu des principes mentionns ci-dessus, les États membres de l'Organisation de la Confrence Islamique dclarent ce qui suit :

Art. 1
a) Tous les tres humains forment une famille dont les membres sont unis par leur soumission Dieu, et par le fait qu'ils descendent d'Adam. Tous les hommes sont gaux dans la dignit humaine, dans l'accomplissement des devoirs et des responsabilits, sans aucune discrimination de race, de couleur, de langue, de sexe, de religion, d'appartenance politique, de statut social ou de toute autre considration. La vraie foi garantit l'accroissement de cette dignit sur le chemin de la perfection humaine.
b) Tous les tres humains sont les sujets de Dieu, et ceux qu'Il aime le plus sont ceux qui sont les plus utiles Ses sujets. Personne n'est suprieur personne, sauf par la pit et les bonnes uvres.

Art. 2
a) La vie est un don de Dieu ; elle est garantie chaque tre humain. Il appartient aux individus, aux socits et aux États de prserver ce droit de toute violation ; il est interdit d'enlever la vie sans raison lgale (chari).
b) Il est interdit de recourir des moyens qui pourraient conduire un gnocide.
c) La continuit de l'existence humaine, jusqu' ce que Dieu en dcide autrement, est un devoir lgal (chari).
d) L'intgrit physique est garantie ; personne n'a le droit de la violer. On ne peut y porter atteinte que pour une raison lgale ; l'État garantit la protection de ce droit.

Art. 3
a) Il n'est pas permis, en cas d'utilisation de la force ou de conflits arms, de tuer des non-belligrants, savoir des vieillards, des femmes et des enfants. Les blesss et les malades auront le droit de recevoir un traitement mdical, et les prisonniers de guerre auront droit de la nourriture, un abri et des vtements. Il est interdit de mutiler des cadavres. Par motif de devoir, il sera procd l'change des prisonniers de guerre et l'organisation de runion des familles spares par les consquences de la guerre.
b) Il est interdit de couper les arbres, de dtruire les cultures et le btail ou de dmolir les installations et les btiments civils de l'ennemi par des bombardements, l'aide d'explosifs ou par tout autre moyen.

Art. 4
Tout individu a droit l'inviolabilit, la protection de sa rputation durant sa vie et aprs sa mort. L'État et la socit protgeront sa dpouille et sa tombe de la profanation.

Art. 5
a) La famille est l'lment de base dans la construction de la socit ; le mariage est le fondement de sa constitution. Les hommes et les femmes ont droit au mariage, et aucune restriction quant la race, la couleur ou la nationalit ne les empchera d'exercer ce droit.
b) La socit et l'État lveront tout obstacle au mariage en vue d'en faciliter la ralisation. Ils protgeront la famille et assureront son bien-tre.

Art. 6
a) La femme est l'gale de l'homme dans la dignit humaine ; ses droits sont quivalents ses devoirs. Elle a une personnalit civile, une responsabilit financire indpendante, et le droit de conserver son nom patronyme et ses liens de famille.
b) Le mari a la charge de l'entretien de la famille et la responsabilit de sa protection.

Art. 7
a) Ds la naissance, chaque enfant a des droits faire valoir sur ses parents, la socit et l'État, en ce qui concerne sa garde, son ducation et sa prise en charge sur le plan matriel, sanitaire et moral. La mre et le ftus recevront une protection et un traitement spcial.
b) Les pres et leurs remplaants ont le droit de choisir l'ducation de leurs enfants, condition de sauvegarder les intrts et l'avenir de ces derniers, la lumire des valeurs morales et des normes de la Loi islamique.
c) Les deux parents ont des droits sur leurs enfants et, de mme, les membres de la famille ont des droits sur leurs parents selon les normes de la Loi islamique.

Art. 8
Tout individu a la capacit lgale de s'obliger et d'obliger autrui. Au cas o il perdrait cette capacit ou la verrait rduite, il serait reprsent par son tuteur.

Art. 9
a) La recherche de la connaissance est une obligation. L'enseignement est un devoir de l'État et de la socit. L'État fournira les moyens ncessaires pour acqurir cette ducation et garantir sa diversit dans l'intrt de la socit, de sorte que l'homme puisse connatre la religion islamique, dcouvrir les ralits de l'univers et soumettre ces dernires au bien de l'humanit.
b) Tout individu a le droit ce que les institutions ducatives et d'orientation sous toutes leurs formes, savoir, la famille, l'cole, l'universit, les mdias, etc., uvrent pour une ducation religieuse et profane complte et quilibre permettant le dveloppement de la personnalit, la fortification de la foi en Dieu et le renforcement du respect et de la sauvegarde des droits et des obligations.

Art. 10
LIslam est la religion naturelle de l'homme. Il n'est pas permis de soumettre ce dernier une quelconque forme de pression ou de profiter de sa pauvret ou de son ignorance pour le convertir une autre religion ou l'athisme.

Art. 11
a) L'individu est n libre ; nul n'a le droit de l'humilier, de l'opprimer ou de l'exploiter. Il ne peut y avoir d'autre soumission qu' Dieu le Tout-Puissant.
b) Le colonialisme, sous toutes ses formes, qui constitue la forme la plus pernicieuse de l'asservissement, est totalement interdit. Les peuples souffrant du colonialisme ont pleinement droit la libert et l'autodtermination. Il est du devoir de tous les États et de tous les peuples de soutenir ce combat pour la liquidation de toutes les formes de colonialisme et d'occupation. Tous les peuples ont le droit de prserver leur identit indpendante et d'exploiter leurs richesses et leurs ressources naturelles.

Art. 12
Tout individu a le droit, dans le cadre de la Loi islamique, de circuler librement et de choisir sa rsidence l'intrieur comme l'extrieur de son pays. Devant la perscution, tout individu a le droit de chercher asile dans tout autre pays. Le pays dans lequel il se rfugie doit lui accorder la protection jusqu' ce qu'il l'amne en un lieu sr, sauf si l'asile est motiv par la commission d'un dlit selon la Loi islamique.

Art. 13
Le travail est un droit que l'État et la socit doivent assurer aux individus aptes. Tout individu a droit au libre choix de son travail, dans le cadre de son intrt et de celui de la socit. Le travailleur a droit la scurit de mme qu' toute autre garantie de scurit sociale. Il n'est pas permis de le surcharger, de le contraindre, de l'exploiter ou de lui nuire. Il a droit -sans aucune distinction entre les hommes et les femmes- un salaire quitable pour son travail, payable sans retard, ainsi qu'aux congs, allocations et promotions qu'il mrite. Il doit tre loyal et mticuleux dans son travail. Si les ouvriers et les employeurs sont en dsaccord, l'État interviendra pour aplanir le diffrend, faire rparer les torts, affirmer le droit et faire respecter la justice sans parti pris.

Art. 14
Tout individu a le droit de gagner lgitimement sa vie sans monopoliser, tromper ou causer du tort lui-mme ou autrui. L'usure (riba) est explicitement interdite.

Art. 15
a) Tout individu a le droit la proprit par les voies lgales et le droit de jouir des avantages de la proprit, sans prjudice pour lui-mme, pour autrui ou pour la socit. L'expropriation n'est pas permise sauf pour des raisons d'intrt public et contre paiement d'une prompte et juste compensation.
b) La confiscation et la saisie de biens sont interdites, sauf pour raison lgale.

Art. 16
Tout individu a le droit de jouir des fruits de sa production scientifique, littraire, artistique ou technique. Il a le droit de sauvegarder les intrts moraux et financiers qui en dcoulent, condition que sa production ne soit pas contraire aux normes de la Loi islamique.

Art. 17
a) Tout individu a le droit de vivre dans un environnement sans vices et flaux moraux, un environnement qui puisse favoriser la ralisation morale de sa personne. Il incombe l'État et la socit d'assurer ce droit.
b) La socit et l'État doivent assurer tout individu le droit aux soins mdicaux et sociaux en organisant les secteurs publics dont il a besoin, dans les limites des ressources disponibles.
c) L'État garantit le droit de tout individu une vie digne, qui lui assure ses besoins ainsi que ceux dont il a la charge. Ces besoins englobent la nourriture, les vtements, le logement, l'ducation, les soins mdicaux, ainsi que tous les besoins essentiels.

Art. 18
a) Tout individu a droit la scurit de sa personne, de sa religion, des membres de sa famille, de son honneur et de ses biens.
b) Tout individu a droit l'indpendance dans les affaires de sa vie prive : son domicile, sa famille, ses biens et ses relations. Il n'est pas permis de l'espionner, de le contrler ou de porter atteinte sa rputation. Il doit tre protg contre toute intervention arbitraire.
c) Le domicile priv est inviolable dans tous les cas. On ne peut y entrer sans la permission de ses habitants ou de quelque manire illgale. Il ne pourra tre dmoli ou confisqu et ses habitants ne pourront en tre expulss.

Art. 19
a) Les individus sont gaux devant la loi, tant le gouverneur que le gouvern.
b) Le droit de recourir la justice est assur tous les individus.
c) La responsabilit est, dans son fondement, individuelle.
d) Pas de crime et pas de peine sinon conformment aux normes de la Loi islamique.
e) Tout accus est prsum innocent jusqu' ce qu'il ait t dclar coupable, la suite d'un jugement quitable lui assurant toutes les garanties ncessaires sa dfense.

Art. 20
Nul ne peut arrter un individu, restreindre sa libert, l'exiler ou lui infliger une peine sans raison lgale. Nul ne peut l'exposer la torture physique ou morale ou tout autre traitement humiliant, brutal ou contraire la dignit humaine. Il n'est pas non plus permis de soumettre un individu des expriences mdicales ou scientifiques, sauf consentement de sa part et la condition de ne pas mettre sa sant ou sa vie en danger. Il n'est pas permis de promulguer des lois exceptionnelles qui permettent aux autorits excutives de recourir de tels traitements.

Art. 21
Il est interdit de prendre un individu en otage, sous quelque forme que ce soit et quel que soit le but poursuivi.

Art. 22
a) Tout individu a le droit d'exprimer librement son opinion d'une manire non contraire aux principes de la Loi islamique.
b) Tout individu a le droit d'appeler au bien, d'ordonner le juste et d'interdire le mal conformment aux normes de la Loi islamique.
c) L'information est une ncessit vitale pour la socit. Il est interdit de l'exploiter, d'en abuser ou de s'attaquer aux choses sacres et la dignit des Prophtes. Il est, de mme, interdit de faire ce qui viole les valeurs thiques, provoque la dsintgration et la corruption de la socit, lui porte prjudice, ou sape la croyance.
d) Est interdit l'appel la haine nationale ou religieuse et tout ce qui constitue une incitation toute forme de discrimination raciale.

Art. 23
a) L'autorit est une responsabilit. Il est strictement interdit d'en abuser ou d'en faire un usage malveillant afin que les droits fondamentaux de l'homme soient garantis.
b) Tout individu a le droit de participer, directement ou indirectement, l'administration des affaires publiques de son pays. Il a aussi le droit d'occuper des fonctions publiques conformment aux dispositions de la Loi islamique.

Art. 24
Tous les droits et liberts noncs dans ce document sont subordonns aux dispositions de la Loi islamique.

Art. 25
La Loi islamique est la seule source de rfrence pour interprter ou clarifier tout article de cette Dclaration.

Le Caire, le 14 Muharram 1411 H
Le 5 aot 1990

La reconnaissance de ces droits est le prlude incontestable ldification dune socit islamique relle, une socit ayant les caractristiques suivantes (3):
Une socit o tous les tres humains sont gaux et o personne ne jouit de privilges ni ne subit de discriminations du seul fait de sa race, de sa couleur, de son sexe, de son origine ou de sa langue.
Une socit dans laquelle lgalit est luvre aussi bien dans la jouissance des droits que dans laccomplissement solidaire des devoirs Égalit qui tire sa source de lunit de lorigine commune de lhumanit comme Allah la dit : Ô hommes ! Nous vous avons crs dun mle et dune femelle (4); et de la dignit dont lhomme a t gratifi par le Crateur qui dit : Certes, Nous avons honor les fils dAdam. Nous les avons transports sur terre et sur mer, leur avons attribu de bonnes choses comme nourriture, et nous les avons nettement prfrs plusieurs de Nos cratures. (5).
Une socit dans laquelle la libert de lindividu a une valeur aussi fondamentale que son existence. Il nat avec cette libert et ralise sa personnalit sous cette bannire, rassur contre toute frustration, comme lassujettissement, lavilissement et lasservissement.
Une socit dont la cellule de base qui est la famille jouit de la protection et du respect et qui on offre tous les moyens de la stabilit et du progrs.
Une socit dans laquelle le gouvernant et le gouvern sont gaux devant la lgislation du Crateur, sans privilge ni discrimination.
Une socit dans laquelle le pouvoir est un dpt confi au gouvernant afin quil ralise les objectifs labors par la Charia, selon la voie quelle a, elle-mme, trace pour y parvenir.
Une socit dans laquelle chaque individu croit qu'Allah Seul est le Matre Souverain de tout lunivers et que tout ce qui sy trouve est la disposition de toutes les cratures dAllah, comme un don relevant de Sa gnrosit sans que personne ne l'ait pralablement mrit, [une socit] o chacun croit que tout le monde a le droit dacqurir une part juste de ce don divin. Allah dit : Et Il vous a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, le tout venant de Lui. (6).
Une socit dans laquelle les [dcisions] politiques qui organisent les affaires de la communaut et leur application par les autorits comptentes sont prises sur la base de la consultation. Allah dit : Et qui se consultent entre eux propos de leurs affaires. (7).
Une socit dans laquelle chaque individu a les mmes chances que son prochain daccder aux responsabilits selon sa capacit et sa comptence, et dans laquelle chaque individu rend compte de sa responsabilit devant sa communaut dans la vie prsente et devant son Crateur dans lau-del : Chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau .
Une socit dans laquelle le gouvernant et le gouvern sont tous deux gaux devant la justice, mme dans les procdures de poursuite en justice. (8)
Une socit dans laquelle chaque individu en est la conscience et a le droit de s'opposer (9) toute personne se rendant coupable dun dlit lencontre de la socit ; et il a le droit, cet effet, de solliciter lassistance des autres qui doivent alors la lui accorder et ne pas labandonner dans son noble combat.
Une socit qui refuse toute forme de tyrannie et qui garantit chaque individu la scurit, la libert, la dignit et la justice, en se conformant aux droits que la Loi dAllah a prescrits lhomme et en uvrant pour leur application et leur protection.

II - Les spcificits des droits de lHomme dans la Charia Islamique

1 Ce sont des droits et des dons dAllah et non pas des dons humains qui sont conditionns par les passions, les convoitises, les caprices et les intrts de toutes sortes.
2 Ce sont des droits qui sont lis la croyance islamique et qui sont protgs par la loi divine. La violation de ces droits, avant dtre un abus contre lhomme, est dabord une transgression de la Loi dAllah qui est passible du chtiment de lau-del, comme elle est passible de sanctions dans la vie prsente.
3 Ce sont des droits parfaits, conformes la nature de lhomme normal et son essence, [des droits] qui le considrent tel quil est, avec ses faiblesses et ses forces, sa richesse et sa pauvret, sa puissance et son impuissance.
4 Ce sont des droits acquis pour tout individu se trouvant sous lgide de lautorit islamique, sans distinction de race, de sexe, de religion, de langue ou de situation sociale.
5 Ce sont des droits stables quon ne peut ni changer, ni retrancher, ni suspendre quels que soient le temps, le lieu, la situation, ni par le fait des individus eux-mmes ni par la socit.
6 Ce sont des droits qui garantissent ldification dune socit dont les membres jouissent dune vie honorable, tranquille et prospre, car cest une misricorde de la part du Seigneur de lunivers pour tous les gens. Leurs droits politiques, conomiques, sociaux et moraux sont sauvegards.
7 Ce sont des droits dlimits et non absolus, de faon ce quils ne soient pas en contradiction avec les fondements de la Charia islamique ou quils portent prjudice aux intrts de la socit. Par exemple, la libert dopinion et dexpression est garantie pour tous : tout homme dans la socit islamique a la libert totale dexprimer la vrit, de lutter contre lerreur et le mensonge et de prodiguer des conseils autrui dans lintrt de tous, quil sagisse des choses lies la vie prsente ou lau-del. Mais cette libert est limite pour viter quelle ne soit mal utilise : il y a des frontires ne pas franchir, sinon ce serait le chaos total, la violation des lois dAllah, loppression des individus et la dcadence de la socit. Les restrictions cette libert sont les suivantes :
8 Il faut faire un usage rationnel de cette libert, fond sur le dialogue objectif et constructif et bas sur la sagesse et la bonne exhortation, loin de la violence et des agitations qui incitent aux troubles et aux dsordres et qui causent plus de torts quils ne font de bien. Allah dit : Par la sagesse et la bonne exhortation, appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure faon. Car cest ton Seigneur qui connat le mieux celui qui sgare de Son sentier et cest Lui qui connat le mieux ceux qui sont bien guids. (10)
9 Il est interdit de sattaquer aux croyances sacres admises par la socit islamique telles que lexistence dAllah, la vracit de la prophtie de Muhammad et viter tout ce qui est de nature porter atteinte lIslam et ses fidles.
10 Il ne faut pas utiliser cette libert pour faire du tort aux gens, tant dans leur religion que dans leurs affaires mondaines, en se rendant coupable de pchs tels que latteinte lhonneur, la divulgation des secrets, la violation des intimits et la propagation de la turpitude et du blmable. Allah dit : Ceux qui aiment que la turpitude se propage parmi les croyants auront un chtiment douloureux, ici-bas comme dans lau-del. Allah sait, et vous, vous ne savez pas. (11).

En guise de conclusion

Au mois de Safar de lan 1392 de lhgire, le Ministre de la Justice du Royaume dArabie Saoudite a organis trois colloques auxquels ont pris part du ct saoudien, le ministre de la justice de lpoque et un grand nombre drudits et de professeurs des universits du Royaume, et du ct europen quatre grands professeurs de droit :

  • Lex-ministre irlandais des affaires trangres et secrtaire du Comit Lgislatif Europen.
  • Un orientaliste, professeur dtudes islamiques.
  • Un professeur de droit public et directeur de la Revue Internationale des Droits de lHomme qui parat Paris.
  • Un grand avocat de la Cour dAppel de Paris.
Au cours de cette rencontre, les rudits du Royaume ont expliqu le sens de la religion chez les musulmans et chez les autres civilisations et soulign la diffrence entre les principes gnraux stables dans la Charia Islamique et les rgles partielles et dtailles. Ils ont montr comment la Charia sauvegarde les intrts rels des gens travers son contenu et ses rgles. Ils ont galement expliqu que les sanctions pnales des crimes graves et rares constituent une politique sage qui prserve la scurit des individus, rduit fortement le taux de criminalit et dissuade les criminels de porter atteinte la vie, lhonneur et aux biens des gens.
La dlgation europenne a t si impressionne par ce quelle a appris de la Charia Islamique et de sa vision des Droits de lHomme, que le chef de la dlgation, Mark Bride, a dclar : Cest dici et dans ce pays islamique que lon doit proclamer lexistence des droits de lHomme et non ailleurs. Il incombe aux rudits musulmans de faire connatre ces droits si mconnus lopinion internationale, car cest lignorance qui pousse les gens ternir limage de lIslam, des musulmans et de la loi islamique .

Tir du livre d'Abdurrahman Al-Sheha
Les Droits de lHomme en Islam : Halte aux Prjugs !
Traduction : Yaqub Chrif (Editions Assia)
Rvision : Njikum Yahya D.
Relecture et adaptation : Gilles Kervenn

(1) Droits de lHomme en Islam, Dr. Muhammad Az-Zuhaly.
(2) Cette confrence de l'O.C.I eut lieu au Caire en Égypte le 5 aot 1990 (note du correcteur).
(3)
Inspirs de la Dclaration Islamique Scientifique des Droits de lHomme.
(4)
Sourate 49, verset 13.
(5)
Sourate 17, verset 70.
(6)
Sourate 45, verset 13.
(7)
Sourate 42, verset 38.


(8)
Ainsi, dans une socit gouverne par l'Islam, la notion d'immunit de juridiction accorde certains hommes politiques (telle l'immunit parlementaire, diplomatique ou du chef de l'tat) devant les tribunaux de leur pays ou d'autres pays serait trs srieusement remise en question (note du correcteur).


(9)
Son opposition peut tre verbale ou physique, mais toujours dans les limites de ses capacits et de ce que la Loi lui autorise. Il a donc le droit de rprimander verbalement les coupables d'un dlit, de porter plainte contre eux, voire, si la Loi l'y autorise, d'utiliser la force pour les empcher de nuire eux-mmes et au reste de la socit. Cela correspond au principe de la hisbah (la prvention du vice et la promotion de la vertu) qui n'est pas l'apanage de la police (religieuse ou non), mais bien un devoir incombant chaque citoyen, dans les limites fixes par la Loi (note du correcteur).


(10)
Sourate 16, verset 125.
(11)
Sourate 24, verset 19.

La Dclaration Islamique des Droits de l'Homme< suivie de leurs spcificits dans la Charia islamique










      

()

Moltqa Ahlalalm For Dawah

« | »

: 1 ( 0 1)
 
:




Loading...
     RSS - - - - -

Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. TranZ By Almuhajir
Ads Organizer 3.0.3 by Analytics - Distance Education

For best browsing ever, use Firefox.
Supported By: ISeveNiT Co. Company For Web Services
.:: ::.
2015 - 2018