88
  88
 88
   88
L'Islam et la prservation des besoins vitaux de l'existence -
.
Google
 



  > > Moltqa Ahlalalm For Dawah

Moltqa Ahlalalm For Dawah This Section for non muslim whom looking for the truth , and for who want to increase their knowledge .

         ::  ١٢-٢-١٤٤٠ +  ( : )       ::  12-2-1440 ( : )       ::  12-2-1440 ( : )       ::  - . - 12-2-1440  ( : )       ::  1440/2/12  ( : )       ::  1440/2/11  ( : )       ::  1440/2/9  ( : )       ::  1440/2/8  ( : )       ::  1440/2/7  ( : )       ::  1440/2/6  ( : )      

0 2028     |     |
|
 
26 / 02 / 2013, 07 : 01 PM   : 1
:
:


: 21 / 01 / 2008
: 19
: 25,692 [+]
: 6.54
: [+]
: 2714
: 295
   is a jewel in the rough   is a jewel in the rough   is a jewel in the rough
: 19
: 25,692
: 6.54
: 14923
: 10769
:  :
:  : saudi arabia
0 ... ( )

0 ( ) -

0

0

0 36 ( .. .. ..)





:
:

: Moltqa Ahlalalm For Dawah

L'Islam et la prservation
des besoins vitaux de l'existence
LIslam est venu parachever les lgislations clestes qui lont prcd et le Messager de lIslam est le sceau des Messagers et Prophtes venus avant lui. Le Prophte dit : Compare celle des Prophtes qui mont prcd, ma situation est pareille celle dun homme qui a bti une maison, la embellie et pare, sauf quil a laiss vide la place dune brique dans un angle. Les gens sont venus visiter cette maison, ils lont admire et ont dit : Pourquoi nas-tu pas pos cette brique manquante ? Cest moi qui suis cette brique et je suis le sceau des Prophtes. [48]
LIslam sefforce, -comme lont fait les lgislations clestes antrieures- de produire et de protger les lments ncessaires la vie de lhomme et sa prennit, nous allons donc passer en revue ses grandes priorits :

La prservation de la religion

Le Djihad a t prescrit en Islam dans le but de diffuser la religion dAllah et de combattre toute personne qui se pose en obstacle sa transmission, car cest un message universel. Notons quil ne sagit pas l dun fait nouveau, mais que cela fait partie des principes approuvs par les lgislations clestes antrieures lIslam : les mes humaines ne sont pas toutes semblables et le bien et le mal ont toujours coexist depuis la cration de lunivers. Le jihad fut donc prescrit en Islam, comme cela avait t le cas dans les religions antrieures, pour renverser lautorit des tyrans qui asservissaient les hommes, et pour dtourner les hommes du culte des cratures vers ladoration du Seigneur des cratures et les faire passer de linjustice des tyrans la justice de lIslam. Le Djihad a aussi pour vocation de dfendre et protger le message dAllah de la manuvre des pervers. Une fois que le message a t transmis et patiemment expliqu, les gens sont libres de croire ou de ne pas croire, car lIslam est un message universel destin tout le monde sans aucune exception et qui contient les meilleurs principes du bien et de la justice. Toutefois, le Djihad islamique ne vise pas contraindre les gens embrasser lIslam ; cest plutt le devoir de transmission qui exige de combattre et de mettre hors dtat de nuire toute personne qui empche que lappel de vrit soit transmis tout le monde. Allah dit : Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin sest distingu de lgarement [49].
Dans lIslam, le combat a des normes ; on ne tue parmi les ennemis que ceux qui participent et aident au combat. Quant aux personnes ges, aux enfants, aux femmes et aux malades, ils ne sont pas combattus ainsi que ceux qui soignent les malades, les blesss et les dvots qui se consacrent ladoration. On ne tue pas les blesss, on ne dfigure pas les morts, on ne tue pas les animaux, on ne dtruit pas les habitations, on ne pollue pas les cours deau et les puits, on nachve pas le bless et on ne poursuit pas le dserteur, car Allah dit : Certes, Allah naime pas les corrupteurs [50].
Le Prophte dit aussi : Combattez au nom dAllah, dans le chemin dAllah, celui qui ne croit pas en Allah, combattez et ne trahissez pas, ne mutilez pas et ne tuez pas denfants [51].

Voici la recommandation quAbou Bakr As-Sidiq, le premier Calife du Messager dAllah, disait ses armes lorsquil les envoyait au combat : Arrtez-vous un instant, je vous adresse dix recommandations que vous veillerez garder lesprit :
Ne trahissez pas, ne fraudez (pas sur le butin conquis), ne violez pas lengagement pris, ne mutilez pas les morts, ne tuez ni enfant en bas ge, ni vieillard, ni femme ; ne coupez ni ne brlez les palmiers, ne coupez aucun arbre fruitier ; ngorgez ni brebis, ni vache ni chameau, sauf pour en manger. Vous verrez des gens reclus dans des ermitages, laissez-les tranquilles dans leur pratique ; et vous verrez aussi des gens qui vous prsenteront des plats avec diffrents mets, lorsque vous en mangerez, voquez dessus le nom dAllah ; vous rencontrerez aussi des gens qui ont ras le milieu de leur tte et laiss les cheveux tout autour comme des bandeaux -ce sont les combattants qui portent les sabres-, combattez-les durement avec vos sabres, lancez-vous au nom dAllah.
Les prisonniers ont des droits en Islam, ils ne doivent ni tre torturs ni humilis, ni mutils ni privs de nourriture et de boisson jusqu la mort, car Allah dit : et offrent la nourriture, malgr son amour, au pauvre, lorphelin et au prisonnier, (disant) : Cest pour le visage dAllah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni rcompense ni gratitude [52].
Ensuite, lEtat islamique peut les librer en exigeant ou non une ranon, ou contre des prisonniers Musulmans, car Allah dit : Puis, quand vous les avez domins, enchanez-les solidement. Ensuite, cest soit la libration gratuite, soit la ranon, jusqu ce que la guerre dpose ses fardeaux. [53]
Quant aux vaincus, on ne doit ni porter atteinte leur honneur, ni piller leurs biens, ni avilir leur personne, ni dtruire leurs demeures, ni commettre aucun acte de vengeance ou de reprsailles leur encontre, mais on doit au contraire tre bienveillant leur gard, ordonner le convenable et interdire le blmable, leur rendre justice et respecter leurs croyances, car Allah dit : Ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salt, acquittent la Zakt, ordonnent le convenable et interdisent le blmable. Cependant lissue finale de toute chose appartient Allah [54]

On demande seulement, ceux qui nembrassent pas lIslam et qui veulent conserver leur religion, de payer une somme insignifiante appele Djizya en contrepartie de la protection de leur honneur, de leurs biens et de leurs personnes et afin quils jouissent des mmes droits que les Musulmans conqurants. Khalid ibn Al-Walid, dans un de ses traits, dit ceci : Jai sign avec vous un accord sur la Djizya et la protection. Si nous vous protgeons, nous avons droit la Djizya ; sinon, vous ne nous devez rien jusqu ce que nous vous protgions. [55].
La preuve que lIslam est la religion de misricorde, de compassion et de justice est que la Djizya nest pas exige au pauvre, lenfant, la femme, aux dvots, aux aveugles et aux infirmes. LIslam est all mme plus loin en imposant lEtat islamique la protection et la prise en charge de ces catgories par le Trsor public islamique. Dans lune des clauses du pacte que Khalid ibn Al-Walid signa avec les gens de Al-Haira, on lit ceci : Toute personne ge qui est incapable de travailler ou qui est victime dune affection ou qui est devenue pauvre aprs avoir connu laisance au point de ne plus vivre que de la charit de ses coreligionnaires, nest plus soumise la Djizya et sera prise en charge ainsi que sa famille par le Trsor public islamique. [56] .
Nous avons un autre exemple avec Oumar ibn Al-Khattb, l' Emir des Croyants et le deuxime calife du Messager dAllah r, qui passa un jour prs dun vieillard Juif qui mendiait. Lorsquil senquit de son cas, on lui apprit quil faisait partie des gens soumis la Djizya. Il dit alors : Nous ne serions pas justes ton gard, si aprs avoir peru de toi la Djizya dans ta jeunesse, nous tabandonnions dans ta vieillesse ; puis, il le prit par la main, lamena chez lui et lui donna de la nourriture et des vtements, ensuite envoya ce message au directeur du Trsor public islamique : Occupe-toi de cet homme et des gens qui sont dans une situation semblable et donne-leur ainsi qu leur famille une pension suffisante au nom du Trsor public islamique, car Allah a dit : Les Sadaqts ne sont destines quaux pauvres, aux indigents , les pauvres sont les Musulmans et les indigents sont les gens du Livre [57].

La Prservation de la Vie

Aux yeux de lIslam, la vie humaine est une chose prcieuse, qui mrite dtre protge. Le Prophte dit : Jen jure par Celui qui tient mon me en Sa main, tuer un croyant est plus grave auprs dAllah que la disparition de ce monde [58].
LIslam a protg lhomme contre son semblable, en prescrivant la loi du talion et en ordonnant lexcution du meurtrier, sil sagit dun homicide volontaire et que les ayants droit de la victime ne renoncent pas la plainte. Quant lhomicide involontaire, la loi islamique prvoit lacquittement du prix du sang (Diyya) et lexpiation (Kaffrah) qui consiste affranchir un esclave, ou pour celui qui ne le peut pas, jener deux mois conscutifs. Tout cela a pour but de prserver lme humaine, de protger les hommes contre toute agression et de dissuader tout assassin potentiel de commettre un meurtre, car celui qui sait quil sera tu son tour sil commet un meurtre, se ravisera et pargnera la socit de ses mfaits. Si lon avait prvu pour le meurtrier une sanction autre que la peine capitale, la porte dissuasive aurait t bien moindre. Ce raisonnement est aussi valable pour toutes les autres peines lgales en Islam qui ont un caractre avant tout dissuasif et sont de ce fait efficaces : elles nont t prescrites que dans le but de protger lhomme et de garantir ses droits. Allah dit : Cest dans le talion que vous aurez la prservation de la vie, vous dous dintelligence, ainsi atteindrez-vous la pit. [59].
LIslam ne se contente pas dinfliger ces peines terrestres : un chtiment terrible attend lauteur dun homicide volontaire dans lau-del, ainsi que la colre dAllah, le Jour de la Rsurrection. Allah dit : Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rtribution alors sera lEnfer, pour y demeurer ternellement. Allah la frapp de Sa colre, la maudit et lui a prpar un norme chtiment. [60]

LIslam protge galement lhomme contre lui-mme et cest dans cet esprit quil lui a prescrit les recommandations suivantes :
a) Il lui est interdit de sexposer aux dangers, car lme nest pas la proprit de lindividu, mais un dpt que lui a confi Allah I et qui ne doit tre sacrifie que dans Son chemin, cest pourquoi lIslam interdit lhomme de se suicider, Allah dit : Et ne vous tuez pas vous-mmes, car Allah, en vrit, est Misricordieux envers vous [61].
b) Il doit accorder lme tous les droits qui lui sont consentis par la Charia et il nest pas permis dtre injuste son gard en la privant de ce quAllah lui a rendu licite, notamment la nourriture, la boisson, les vtements et le mariage, car Allah dit : Dis : Qui a interdit la parure dAllah, quIl a produite pour Ses serviteurs ainsi que les bonnes nourritures ? [62]. Allah a rprimand Son Messager Muhammad qui stait interdit la consommation du miel en ces termes : Ô Prophte ! Pourquoi tinterdis-tu ce quAllah ta rendu licite ? [63].

Toutefois, le fait de jouir de bonnes choses et de satisfaire les droits lgitimes doit se faire dans les limites prescrites par lIslam : sans excs ni gaspillage ni arrogance, car Allah dit : Et mangez et buvez ; et ne commettez pas dexcs, car Il (Allah) naime pas ceux qui commettent des excs. [64]
En Islam, il nest pas permis de ngliger son corps, de le soumettre au supplice ou la privation, mme sil sagit dactes de dvotion, car Allah dit : Allah nimpose aucune me une charge suprieure sa capacit [65].
Anas ibn Mlik rapporte que trois personnages vinrent dans les demeures des femmes du Messager afin de sinformer des pratiques du culte du Messager. Quand on les eut renseigns, ils les trouvrent peu nombreuses et dirent : Toutefois, il y a cette diffrence entre nous et le Messager dAllah, cest quAllah a pardonn celui-ci toutes ses fautes passes et futures. Aussi moi, dclara lun deux, je veux prier dsormais toutes les nuits (et ne jamais dormir). Moi, ajouta un autre, je veux jener toujours et ne jamais rompre le jene. Quant moi, scria le troisime, je veux me priver de femme et ne jamais me marier. Survenant ce moment, lEnvoy dAllah leur dit : Comment, cest vous qui dites telle et telle chose ? Mais moi, par Allah ! qui plus que vous, crains et rvre Allah, je jene et jinterromps le jene, je prie et je dors, et jai pous des femmes. Quiconque se dtourne de la voie que jai trace nest pas des miens. [66].

La prservation de la raison

Dans lIslam, la raison est la base de la responsabilisation. Aussi, lIslam a interdit tout ce qui est de nature lui nuire, comme la consommation des boissons enivrantes et des drogues. LIslam considre la boisson alcoolique et tout ce qui gnre les mmes effets comme la mre des vilenies en raison de la gravit des consquences quentrane sa consommation. Cest dans cet esprit quil a prescrit la flagellation comme peine pour celui qui en consomme, dans le but de prserver la raison, de protger lhonneur et les biens des individus. Les ides destructives qui invitent la dbauche et la perversit ont aussi des effets nfastes sur la raison. Allah dit : Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dresses, les flches de divination ne sont quune abomination, uvre du diable. Ecartez-vous en, afin que vous russissiez. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, travers le vin et le jeu de hasard, linimiti et la haine, et vous dtourner dinvoquer Allah et de la Salt. Allez-vous donc y mettre fin ? [67].
Pour radiquer ce mal, lIslam a interdit sa fabrication, son commerce, et le mme simple fait de contribuer sa consommation, mme si on nen consomme pas, car le Prophte a dit : Le vin est maudit de dix faons : le vin lui-mme, celui qui le fabrique, celui pour qui il est fabriqu, le vendeur, lacheteur, le porteur et celui pour qui il est port, celui qui consomme son prix, le buveur et le serveur [68].

La prservation de lhonneur

LIslam a interdit tout ce qui est de nature porter atteinte directement ou indirectement lhonneur du Musulman, il a ainsi interdit :
La fornication. Allah dit : Et napprochez point la fornication. En vrit, cest une turpitude et quel mauvais chemin ! [69].

Il a aussi interdit toutes les prmices qui conduisent ce pch comme :
Le regard que lon porte sur une personne quon na pas le droit de regarder. Le Prophte dit : Le regard est une des flches empoisonnes du Diable. Celui qui sabstient de regarder par crainte dAllah, Allah lui donne en rtribution une foi dont il ressentira la saveur dans le cur [70].
L'isolement avec les personnes avec qui le mariage est permis. Le Prophte dit : Aucun homme ne doit sisoler avec une femme sauf en prsence dun proche parent interdit (Mahram) un homme se leva alors et dit : Ô Messager dAllah, ma femme est alle faire le plerinage et je me suis inscrit pour telle bataille Le Prophte lui dit : retourne accomplir le plerinage avec ta femme [71].
Toucher ou embrasser une personne avec qui cela nest pas permis. Le Prophte a dit : Tous les fils dAdam commettent inluctablement la fornication : les yeux la pratiquent et leur fornication est le regard, les mains la pratiquent et leur fornication est le toucher ; le cur dsire mais le sexe confirme cela ou linfirme. [72].
La sanction prvue contre le fornicateur qui ne sest jamais mari est la flagellation : La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de piti pour eux dans lexcution de la loi dAllah si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et quun groupe de croyants assiste leur punition. [73].
Quant au coupable ou la coupable dadultre qui a dj t mari (Mouhane Mouhana), sa peine est la lapidation.

Toutefois, lapplication de cette peine exige lune de ces deux conditions :
Laveu manifeste du forfait par le fornicateur et la fornicatrice. La sentence nest pas applique ds le premier aveu, mais on se dtourne deux plusieurs fois.
Le tmoignage de quatre personnes intgres qui dcriront lacte dans ses moindres dtails, cest--dire la pntration. Cela nest videmment possible que sils exposent leur dlit au grand jour afin que ces tmoins puissent les voir. Ce nest pas exagr de dire quil est presque impossible de parvenir cela, car ces dlits, dhabitude ne sont commis quen cachette, loin de tout regard. De toute lhistoire de lIslam, on na observ que deux ou trois cas o cette peine a t applique suite laveu mme des contrevenants et sur leur demande.
Il faut absolument viter tout soupon, la peine nest pas applique cause dun simple baiser ou pour des embrassades ou des flirts qui naboutissent pas lacte sexuel proprement dit.

Toujours dans le souci de protger lhonneur des individus, lIslam a interdit la diffamation. Quiconque accuse un homme ou une femme de dbauche et narrive pas le prouver est passible de la peine de diffamation qui consiste lui administrer quatre-vingts coups de fouet, car Allah dit : Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre tmoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et nacceptez plus jamais leur tmoignage. Et ceux-l sont les pervers [74].
Dans le mme ordre dide, lIslam a interdit toute parole ou tout acte qui porte atteinte la dignit et la rputation de lHomme, blesse ses sentiments et offense son amour-propre, Allah dit : Ô vous qui avez cru ! Quun groupe ne se raille pas dun autre groupe : ceux-ci sont peut-tre meilleurs queux. Et que des femmes ne se raillent pas dautres femmes : celles-ci sont peut-tre meilleures quelles. Ne vous dnigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que perversion lorsquon a dj la foi. Et quiconque ne se repent pas Ceux-l sont les injustes. Ô vous qui avez cru ! Evitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est pch. Et nespionnez pas et ne mdisez pas les uns des autres. Lun de vous aimerait-il manger la chair de son frre mort ? (Non !) Vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Trs Misricordieux. [75].


La prservation des biens

LIslam protge avec vigilance les biens des individus en prescrivant des sanctions trs svres pour garantir leur prservation et les prmunir contre tout prjudice. Cest dans ce cadre quil a prescrit lamputation de la main du voleur. Allah dit : Le voleur et la voleuse, tous deux coupez la main, en punition de ce quils se sont acquis, et comme chtiment de la part dAllah. Allah est Puissant et Sage. [76].
Lamputation ne se pratique pas de faon aveugle et arbitraire, comme se limaginent ceux qui ne connaissent pas rellement lIslam. Il faut absolument que certaines conditions soient runies pour son application, si lune de celles-ci venait manquer ou sil y a un doute, la peine nest pas applique.
Le bien doit tre dans un abri que le voleur brise pour sen approprier. Quant au bien expos, sans protection, si le voleur sen accapare, il ny a pas damputation, mais le coupable doit subir une peine forfaitaire dfinie par lautorit et qui assure la prservation des biens individuels. Dans ce cas, en effet, cest le propritaire du bien qui a t ngligent en ne prenant pas soin de son bien.
Le motif du vol ne doit pas tre la faim ou la soif, si tel est le cas, il ny a pas damputation appliquer conformment ce quOumar a fait lanne de la disette.
La valeur de bien vol doit atteindre le seuil minimum lgal. En dessous de ce seuil, il ny a pas damputation.
Il est noter que cette peine et les autres peines lgales dans lIslam ne sont appliques quen cas dabsence de tout doute possible, car le Prophte a dit : Repoussez, autant que vous le pouvez, les peines criminelles contre les Musulmans. Si vous trouvez une issue pour le Musulman, laissez-le, car il vaut mieux pour le souverain dtre indulgent par erreur que de sanctionner par erreur [77].
Cependant, tout en repoussant lapplication de la peine en cas de doute, la Charia islamique prescrit une sanction forfaitaire qui est moins svre que la peine lgale et est laisse lapprciation du juge. Lintensit de la peine varie selon le dlit et le coupable et peut aller de lemprisonnement la flagellation en passant par le blme ou lamende etc., selon lapprciation du juge.

De mme, lIslam a svrement interdit tout ce qui constitue une violation de la proprit matrielle, comme lusurpation, lappropriation injuste des terres ou des biens dautrui, par escroquerie ou malversation. Allah dit : Et ne dvorez pas mutuellement et illicitement vos biens. [78] .
Celui qui se rend coupable de tels dlits sexpose une svre punition le Jour de la Rsurrection, car le Prophte a dit : Quiconque sapproprie injustement le bien dun Musulman, rencontrera Allah alors quIl est en colre contre lui [79].
La Charia islamique somme lusurpateur de restituer le bien spoli ; sil la us ou dilapid, il doit en restituer le prix. Toutefois, si le propritaire renonce son droit, le coupable en est exempt, mais subit nanmoins une sanction disciplinaire.
Mieux, lIslam a accord au propritaire le droit la lgitime dfense pour mettre ses biens labri de lagresseur : mme si cela aboutit la mort de ce dernier, il ny a pas de talion faire. Si en revanche, le propritaire est tu par lagresseur, il est alors considr comme un martyr, car le Prophte dit : Quiconque est tu en dfendant ses biens est un martyr [80].

La prservation de lespce

LIslam accorde une grande importance cette question, car cest le seul moyen qui garantit la prennit de lespce humaine qui Allah a confi la succession sur terre. Il a ainsi interdit tout ce qui est de nature porter atteinte la perptuation de lespece, linterrompre ou la ralentir sans ncessit, Allah dit : Ds quil tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le dsordre et saccager culture et progniture [81]. Et Allah naime pas le dsordre ! [82].
LIslam a ainsi interdit lavortement aprs le quatrime mois de la grossesse, parce que cela constitue un dlit contre une vie humaine, vu que lme est dj insuffle dans le foetus, sauf si cela reprsente un danger pour la vie de la mre. Le Prophte dit : Le corps de tout homme demeure dabord quarante jours sagglomrer dans le ventre de sa mre ; puis pendant un temps dgale dure, il est une adhrence. Puis, pendant quarante autres jours, il devient morceau de chair. Alors, Allah envoie un Ange avec lordre dcrire quatre mots relatifs la conduite de lhomme, sa part de biens, au terme de sa vie, sa destine heureuse ou malheureuse. Puis, lesprit est insuffl dans cette chair [83]
LIslam est all plus loin en considrant lavortement provoqu de manire dlibre comme un homicide qui impose une sanction disciplinaire lencontre des parents ; et dans le cas o il est caus involontairement, seul le prix du sang est exig.
Plusieurs hadiths rapports du Prophte encouragent la procration. Le Prophte dit : Epousez la femme affectueuse et fconde, car je voudrais surpasser en nombre les autres Prophtes [84].

La prservation de la parent

Compte tenu de limportance de la famille et de la place quelle occupe dans lIslam en tant que cellule de base de la socit lIslam veille avec beaucoup de soin sur elle afin de la prserver du dsordre et de tout risque de dispersion. La parent est le lien qui unit les membres de la famille les uns aux autres et permet chacun des proches parents de connatre lautre et de lui donner son d, conformment aux prescriptions dAllah sur le fait dentretenir les liens de parents et de respecter les devoirs qui sy rattachent. Le Prophte dit : Apprenez de votre gnalogie ce qui vous permet dentretenir vos liens de parent, car lentretien du lien de parent suscite une affection envers les proches parents, un accroissement de la richesse et de la longvit [85].
Cest pour cela que lIslam a tout fait pour mettre la parent labri de la confusion qui conduit la destruction de la socit, aux unions incestueuses, lattribution de lhritage ceux qui ny ont pas droit et la spoliation de ceux qui en ont droit. Le Prophte dit : Toute femme qui introduit dans une famille un enfant qui ny appartient pas contredit la religion dAllah et Il ne lintroduira pas dans Son Paradis. Et tout pre qui nie son enfant alors quil le voit, ne verra pas Allah et Il le dshonorera devant les premires et les dernires gnrations [86] .

LIslam a dmantel les mauvaises pratiques en vigueur autrefois tant chez les Arabes que chez les non Arabes, notamment :
Ladoption : elle consistait pour lhomme choisir un individu ne faisant pas partie de sa progniture pour lui attribuer sa propre filiation de faon ce quil ait les mmes droits et devoirs que ses propres enfants. Allah dit : Allah na pas assign lhomme deux curs dans sa poitrine. Il na point assimil vos mres vos pouses [ qui vous dites en les rpudiant] : Tu es [aussi illicite] pour moi que le dos de ma mre. Il na point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vrit et cest Lui qui met [lhomme] dans la bonne direction. Appelez-les du nom de leurs pres : cest plus quitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pres, alors considrez-les comme vos frres en religion ou vos allis [87].
La reconnaissance de lenfant : elle consistait priver lenfant lgitime de la filiation de son pre jusqu ce que ce dernier le reconnaisse explicitement et accepte quil rejoigne sa ligne. LIslam interdit cette pratique qui bafoue la valeur du contrat de mariage, soumet les affaires de la famille aux caprices du mari, insulte la dignit de la femme, attaque dans son honneur, et constitue enfin un germe de discrimination entre les enfants qui met mal le lien de parent. Cest pourquoi lIslam a institu que tout enfant qui nat dans un cadre lgitime est automatiquement considr comme le fils ou la fille du mari, sans quil y ait besoin de son consentement ou de sa reconnaissance explicite, car le Prophte a dit : Lenfant appartient au lit [88].
Fait exception cette rgle le cas prouv de linfidlit conjugale de lpouse qui conoit dun autre que son mari. Il y a bien sr des lois qui rgissent ce cas dans la Lgislation islamique et quon ne saurait dtailler ici.
Le dsengagement du lien de parent (Al-Khoul) : qui consistait permettre au chef de famille de se dsengager de certains membres lgitimes de sa famille. Ainsi, leur parent mutuelle tait rompue de telle sorte quil devenait un tranger par rapport eux. Le Prophte dit cet effet : Deux choses chez les gens font partie des pratiques de la mcrance : la contestation de la parent et les lamentations sur le mort [89].
Laffiliation de la femme marie son mari : Dans la Lgislation islamique, la femme conserve son nom et celui de sa famille et sa parent dorigine aprs son mariage. Il est interdit de lui attribuer le nom de son mari, de la famille de ce dernier et sa filiation. Cest l, sans aucun doute, un grand honneur rendu la femme et une reconnaissance de sa dignit, de son indpendance et de son galit avec lhomme dans la valeur humaine. Le Prophte dit : Quiconque se donne une autre filiation que celle de son pre ou sattribue une alliance avec des gens autres que ses allis est maudit par Allah, Ses anges et tous les hommes [90].


LIslam prserve les droits des faibles

1- Il prserve les droits du faible et de lincapable. Le Prophte dit : Allah na pas dgard pour un peuple o le faible ne peut pas prendre son d chez le fort sans peine [91].
Il dit aussi : Quiconque a ces trois qualits, Allah le mettra sous Son gide et le fera entrer dans Son Paradis : compassion vis--vis du pauvre, bienveillance lgard des parents et bienfaisance envers lesclave [92].
2- Il dfend les droits des ncessiteux. Allah dit : Quant au demandeur, ne le repousse pas [93].
3- Il protge les droits des jeunes. Le Prophte dit : Nest pas des ntres, celui-l qui na pas de compassion envers nos jeunes et qui na pas dgard pour nos personnes ges [94].
4- Il prserve les droits des personnes ges. Le Prophte dit : Un jeune nhonore pas un vieillard cause de son ge sans quAllah ne lui assigne aussi un jeune qui lhonorera cet ge [95].
5- Il veille galement sur les droits des malades. Le Prophte dit : Cinq devoirs incombent au Musulman vis--vis de son frre Musulman : rpondre son salut, lui rendre visite quand il tombe malade, suivre son convoi funbre quand il meurt, rpondre son invitation et lui prsenter les souhaits quand il ternue [96].
6- Il garantit les droits des orphelins. Allah dit : Quant lorphelin, ne le maltraite pas [97].
Il dit aussi : Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brleront bientt dans les flammes de lEnfer [98]
7- Il dfend les droits des enfants. Allah dit : Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvret. Nous vous nourrissons tout comme eux [99].

La Prservation des richesses naturelles

Les richesses et les biens prsents sur terre ne sont pas la proprit dun individu, ou dun peuple ; ce sont, au contraire, des biens qui appartiennent tous et doivent assurer le bien-tre de tous les membres de la socit. Il est de la responsabilit de tous, dans la socit Musulmane, de rappeler lordre toute personne qui essaye de les dtruire ou de les exploiter contrairement aux principes de la Charia Islamique. Allah dit : Et ne semez pas de troubles sur la terre comme des fauteurs de dsordre [100].
Halte aux prjugs d'Al-Sheha
Traduit de larabe par Yaqub Chrif
Revu par Njikum Yahya - Éditions Assia


[48] Al Boukhari (3/1300), Hadith N 3342.
[49] Sourate 2, verset 256.
[50] Sourate 28, verset 77.
[51] Mouslim, Hadith N 1731.
[52] Sourate 76, versets 8 et 9.
[53] Sourate 47, verset 4.
[54] Sourate 22, verset 41.
[55] La Chronique de Al-Balazary.
[56] Al-Kharadj de Abou Youssouf, P. 144
[57] An-Nassai (7/82), Hadith N 3986.
[58] An-Nassai (7/82). Hadith N 3986.
[59] Sourate 2, verset 179.
[60] Sourate 4, verset 93.
[61] Sourate 4, verset 29.
[62] Sourate 7, verset 32.
[63] Sourate 61, verset 1.
[64] Sourate 7, verset 31.
[65] Sourate 2, verset 286.
[66] Al Boukhari (5/1949), Hadith 4746.
[67] Sourate 5, versets 90 91.
[68] Ibn Maja (2/1121), Hadith 3380.
[69] Sourate 17, verset 32.
[70] Al-Moustadrak (4/349), Hadith 7875.
[71] Al Boukhari (5/2005), Hadith 4935.
[72] Ibn Hibbane (10/269), Hadith N 4422.
[73] Sourate 24, verset 2.
[74] Sourate 24, verset 4.
[75] Sourate 49, versets 11 - 12
[76] Sourate 5, verset 38.
[77] Ad-Darouquoutni (3/84).
[78] Sourate 2, verset 188.
[79] Mousnad Al-Imam Ahmad (1/416), Hadith 3946.
[80] Al Boukhari (2/877), Hadith N 2348.
[81] NDT : La plupart dexgtes du Quran expliquent mot arabe [nasl] traduit ici par progniture comme tant le btail.
[82] Sourate 2, verset 205.
[83] Al Boukhari (3/1173), Hadith n 3036.
[84] Ibn Hibbane (9/25338), Hadith n 4028.
[85] Al-Moustadrak (4/178), Hadith N 7284.
[86] Ibn Hibbane (9/418), Hadith 4108.
[87] Sourate 33, versets 4 et 5.
[88] Al Boukhari (2/852), Hadith 2289.
[89] Mouslim (1/82), Hadith 67.
[90] Ibn Maja (2/870), Hadith N 2609.
[91] Al-Moustadrak (3/287), Hadith N 5117.
[92] At-Tirmidzi (4/656), Hadith N 2493.
[93] Sourate 93, verset 10.
[94] Al-Moustadrak (4/197), Hadith N 7353.
[95] At-Tirmidzi (4/372), Hadith 2022.
[96] Al Boukhari (1418), Hadith N 1183.
[97] Sourate 93, verset 9.
[98] Sourate 4, verset 10.
[99] Sourate 6, verset 151.
[100] Sourate 2, verset 60.

L'Islam et la prservation des besoins vitaux de l'existence










      

()

Moltqa Ahlalalm For Dawah

« | »

: 1 ( 0 1)
 
:




Loading...
     RSS - - - - -

Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. TranZ By Almuhajir
Ads Organizer 3.0.3 by Analytics - Distance Education

For best browsing ever, use Firefox.
Supported By: ISeveNiT Co. Company For Web Services
.:: ::.
2015 - 2018